L’autisme du peuple

Preview de mon roman (extraits et illustrations) toujours dispo.

Et enfin, il est disponible sur amazon (version non illustrée pour le moment)

35329495_2129691410601830_8564235315881967616_n

*****

Aujourd’hui au programme, un article concernant principalement l’autisme et/ou le social. Ca fait longtemps que j’avais plus fait ce genre d’article.

Bon… par où commencer ?

Depuis que j’ai commencé mon « grand projet », qui a un important composant social, je remarque Ô combien il est difficile de rassembler. Combien il m’est compliqué d’intéresser le badaud à jeter un oeil à mon travail, et encore plus de considérer un achat.

Ce n’est pas la dernière info scientifique, mais oui, l’être humain est un animal social… il s’organise en groupe, fonctionne en (plus ou moins) collaboration avec son prochain. Que ce soit pour l’aspect purement social/relationnel, ou simplement comment l’espèce s’organise. Ce n’est pas pour rien que la sociologie est un domaine fascinant par ailleurs.

Mais alors, quand on est une personne autiste, et plus précisément quand on tente de faire quelque chose (une activité par exemple), comment qu’on fait pour rassembler, comment fait-on pour que le projet fonctionne, et que des gens participent, s’intéressent, etc ?

Bah, c’est compliqué (comme d’hab, on change pas une équipe qui gagne).

iHeart-Street-Artwork-Source-www.designboom.com_.jpg
Comment communiquer avec son prochain dans le monde du futur. #sociologie

La communication, l’aspect social de l’existence, est quelque chose que je ne maitrise pas, que je ne comprends pas, trop de non dits, trop d’implicite, trop de règles, trop de cas particulier, trop d’exception, pas assez de consistance, pas assez de simplicité… mais j’ai quand même compris quelque chose. En lien avec mon article précédent traitant du respect, j’ai remarqué que pour rassembler, pour être ensemble, il y a une notion de réputations, une notion de perception de comment l’autre fonctionne, et ce que l’on respecte ou pas chez l’autre (en sus de cette dite activité).

Par exemple, le fait que les artistes à deux balles d’aujourd’hui engrangent des millions en faisant… de la merde, et qu’il est plus difficile de rassembler les gens pour par exemple, aller au musée.

Toutes ces notions de popularité se retrouvent à chaque échelons de la pyramide sociale humaine. Et c’est pour ça que, dans mon cas, vu que je démarre de 0, que j’ai une grande gueule, que je fais quelque chose qui n’est pas populaire ou dans l’air du temps, il m’est compliqué de me faire connaitre.

La relativité entre en compte aussi, si je me compare à un autre auteur qui a fait par exemple 10 000 ventes, celui-ci, en comparaison, n’est personne à coté d’un auteur récent publié chez glenat, et celui-ci n’est rien à coté d’une star de la littérature, et ainsi de suite jusqu’au plus grand échelon possible (je crois que l’auteur le plus lucratif reste rowling avec son harry potter, ce qui reste un demi-mystère pour moi).

arton108.jpg
Bonjour, auriez-vous une minute pour parler de la sainte relativité ?

C’est un jeu étrange et dangereux que la communication, en termes de discipline je parle. Et j’insiste, c’est pas juste dans le domaine d’une activité professionnel ou autre… c’est valable pour tout, y compris dans notre vie de tous les jours. Il faut « se vendre », il faut convaincre, il faut prouver sa valeur, que ce que l’on fait est super (mega giga ultra) bien, mais en même temps, il faut être honnête, il faut être authentique, soi-même, faut pas mentir (trop), faut penser à bien se présenter, le paraitre est super important… A mes yeux tout ce truc de communication est même plus dangereux qu’étrange, car je comprends le concept, mais je n’y adhère que moyennement (vis-à-vis de mes valeurs).

Et si on met les lunettes d’une personne autiste, c’est encore plus complexe, car on y ajoute à cela un tas d’incompréhension, de malentendu, de différence de perception, de maladresse, d’angoisses, de peur, et j’en passe.

Sans déconner, vous avez déjà vu une personne autiste draguer ? Non ? Tant mieux, c’est un spectacle assez particulier voir triste qui fait de la peine à voir (ou rire, au choix).

Et je dois dire que lorsque je m’adonne à cet exercice compliqué de la communication autour de mon projet, je crois que je ne me suis jamais senti aussi autiste. Et j’irais jusqu’à dire que je n’ai jamais vu le monde aussi autiste. Faut tout expliquer, faut que tout soit clair, net, précis, simple, efficace, au risque de perdre le lambda qui a jeté une pointe d’intérêt en ma direction. C’est un maelstrom d’organisation et de travail.

01-DW-The-Outsider_900.jpg
L’autisme vu par un peintre.

Ce qui m’amène à un point que j’aimerais aborder qui, peut-être, sonnera comme une vieille ralerie de papy gâteau…

Je n’ai jamais senti autant de favoritisme et d’injustice dans l’aspect social de l’existence que lorsque je me suis lancé dans mes projets.
Les grands qui ont déjà une « fanbase » ne font qu’engranger plus de bénéfice et de popularité, et les petits se battent pour la moindre miette disponible.

Les clans se forment très vite, et de là démarrent n’importe quel épisode de Dallas ou Feux de L’amour que vous avez pu voir. C’est drama sur drama sur drama, chacun y va de son petit égo. Mon dieu qu’est-ce que c’est triste, dommage, con, et simplement vomitif.

Il est normal que se lancer dans une activité, et essayer d’attirer à soi un public, un soutien, une aide, une audience, etc etc etc, ce n’est pas simple. C’est marqué dessus, c’est l’évidence même, mais au risque de paraitre naïf… je ne comprends pas pourquoi cela doit être aussi difficile pour ne serait-ce que faire l’étape de « proposer » ce que l’on fait aux gens.

Je comprends évidement que c’est l’époque qui veut ça, que ce soit en terme de technologie, de population, ou d’économie. Aujourd’hui tout le monde veut une place au sommet, tout le monde veut la gloire, la reconnaissance, la réussite (personnelle ou autre) l’argent, les putes et la coke, mais bon.

3c420de7.png
Quand on veut faire un truc, un projet, et que les prises de têtes commencent, ça tourne très vite en mode cours de récrés.

Et ce qui m’emmerde le plus, je dois dire, c’est qu’encore une fois, quand il y a des discussions, des débats, des échanges d’idées, il n’est plus possible de s’exprimer, encore moins comme on le souhaite.

Il faut être politiquement correct, faut être polis, faut pas dire de gros mots, faut pas dire machin, faut pas parler de ci, de ça, faut pas être d’accord avec tel truc, faut pas bla bla bla bla bla bla bla bla…

C’est fou de se dire que moi, pauv’ tit con autiste qui se fait engueuler à chaque occasion car je suis, je cite, vulgaire grossier je pense qu’à ma gueule et suis violent psychologiquement qui se remet jamais en question, moi tout ce que je souhaite au fond, c’est échanger, discuter, s’enrichir les uns les autres.

C’est quoi le problème bordel ? Mais quel est ce bug dans la matrice qui fait que c’est impossible ? Ca me dépasse. Surtout quand on voit tout ce qui se passe sur youtube, ou twitch, et que les streameuses à gros seins sont petés de thune jusqu’à plus savoir quoi en foutre, mais il parait que c’est le progrès, et que faut penser aux femmes, machin tout ça.

Bref, à la fin, avec tout ce genre de truc, je me demande qui est le plus autiste des deux. Moi, ou les autres. Une chose est sur, plus le temps passe, plus je m’aime, plus je n’ai aucune envie de jouer comme les autres, et je préfère me planter en beauté et apothéose en tant que moi, plutôt que prostituer mon identité au nom de l’opinion de X ou Y. Tant pis si ça ne plait pas, car cela me plait à moi, je me plais à moi, ce que je fais et suis me plait, et c’est le putain de plus important sa mère, car personne ni rien ne me plaira mieux que moi-même. Et cette réalité-là, cette fierté là, cet amour propre-là… personne ne me l’enlèvera. Jamais.

7964880edd74724648c781da9b4d241f.jpg
Finalement… quand je regarde le monde, je me dis que je suis en bonne compagnie dans ma tête

*****

Ma page FB => https://www.facebook.com/histoiresdunmec/
Ma chaine YT => https://www.youtube.com/channel/UCn4ol3xYCHuIT48Jtju0Jvw/videos

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « L’autisme du peuple »

  1. Courage Christopher !
    (Et histoire de faire un post un peu plus intéressant qu’un message d’encouragement : je côtoie pas mal d’autistes et pas mal de non autistes « neurotypiques », virtuellement du moins, et je ne trouve pas qu’il y ait une si grosse différence que ça au niveau empathie/théorie de l’esprit sur internet. La violence psychologique n’est pas l’apanage des autistes, elle prend juste une forme différente : brutale et maladroite chez l’autiste, vicieux voire incidieux et délibéré chez les non autistes. Quant à l’empathie j’ai remarqué que les neurotypiques manquaient cruellement d’imagination. Oui ils comprennent ceux qui sont comme eux mais dès qu’une personne est un peu différente ça devient n’importe quoi, ils enchaînent mal entendus sur mal entendus et jugements à l’emporte-pièce. Les autistes on va dire qu’ils ont du mal à comprendre tous les gens, même quand ils sont comme eux, d’où une solitude forcée plus que choisie quoi qu’en disent certains. Du coup pour moi la différence n’est pas extraordinaire entre ces deux catégories… Au final seule l’imagination permet d’avoir une théorie de l’esprit poussée, qu’on soit autiste ou pas. L’empathie n’est qu’un instinct animal, le problème c’est que le jeu social ne demande pas une empathie « pure » (comprendre l’autre) mais une manipulation qui oblige à faire des choix, entre deux partis, entre deux stratégies, entre deux individus ou deux clans. A mon sens les autistes sont handicapés au moment de faire ce choix là, parce qu’ils vont suivre aveuglément leurs convictions et leurs sentiments bruts, pire ils peuvent ne pas choisir car ils ne voient pas qu’il y a un choix à faire ou ne ressentent rien dans cette situation et ne sentent donc pas le.besoin de réagir, il n’y a aucune réflexion sur la stratégie sociale à mener ou alors cette réflexion ne tient compte que d’éléments pragmatiques sans comprendre que les autres sont dans l’affect. Un non autiste pourra faire des choix plus judicieux en fonction de la situation car il en perçoit la complexité.)

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s