Un festin de violence

Traduction de la narration de la vidéo;

Nous cherchons les monstres qui vous effraient le plus.
Nous pourchassons les cauchemars qui hantent vos rêves lâches.
La plus mortelle la proie… le plus nous exultons dans la chasse.
Le plus nous honorons nos dieux.
Cette rude contrée met au monde les féroces. Et nous nous en délectons.
Le vieux monde nous appelle… mûr à notre conquête.
Nous avons combattus les monstres. Et nous en sommes devenus.

Wulfrik, Le Vagabond

*****

Ce n’est pas pour simplement partager et montrer ce que j’aime que j’ai commencé l’introduction de cet article de cette façon, ni que j’ai choisi ce titre.
La violence, on le sait tous, c’est mal. Mais l’est-ce vraiment ? D’où ça vient ? Pourquoi ? Comment ? Quel définition apporter, et comment catégoriser tout ça ? Quelle est la limite ?

Quand il s’agit de juger ce qui est « bon » ou « mal », j’essaye toujours de repenser au tao, à cette philosophie asiatique ancestrale. Le yin, et le yang. Cette danse et combinaison mystique de tout ce qui existe, la complémentarité des choses. D’ailleurs honnêtement, ce n’est que parce que la culture populaire s’est approprié ce symbole qu’aujourd’hui on pense au bien et au mal, normalement, ce symbole et le tao en général c’est plutôt une autre façon de voir la dualité et au-delà, de percevoir la vie, son sens, etc etc. Je ne vais pas faire un cours sur le sujet car je ne suis pas assez qualifié.

Ce qu’il faut retenir, grosso merdo, le mal et le bien ne sont que des notions, des points de vue. Et si on peut quand même s’accorder sur tel ou telle chose comme étant « bonne » ou « mauvaise », une fois qu’on creuse un peu, on se rend compte qu’en fait… bah ça dépend. Par exemple, après tout c’est bien pendant la guerre qu’on a fait le plus d’avancées technologiques ou scientifiques (Qu’est-ce qu’on dit ? merci Dr Mengele !).

Les plus importantes et les plus précieuses avancées humaines sont d’ailleurs utilisées/appliquées d’abord à 1°) le militaire et 2°) la pornographie, car si aujourd’hui on peut faire un appel skype avec mamy c’est car cela était très pratique pour les drones bombardiers et les caméras pour filmer l’entrejambe de madame, et qu’après coup (ou dans le même temps) on s’est rendu compte qu’avec le marché de la téléphonie y avait moyen de faire une fortune en rendant ce service plus démocratique.

ext
Renversons les perspectives, voulez-vous ?

Bon, tout ceci ne fait pas avancer le schmilblik (référence à Coluche : check), mais il faut bien prendre conscience que très peu de choses sont réellement ce qu’elles paraissent. Il y a toujours une histoire, un contexte à prendre en compte, et comme l’enseigne la systémique, changer un élément du dit système le change entièrement.

Si frapper quelqu’un est en général pas bien, quid de la légitime défense ? Si dire des grossièretés est mal vu, où est la liberté d’expression ? S’il faut sauver sa femme et ses enfants, quel choix feriez-vous si cela serait possible au détriment d’un grand nombre de personnes ?

Tant de choix préfaits et d’éthique personnelle qui souvent, volent en éclat quand elles sont mises en situations.

Pour en revenir concrètement à la violence. Qu’est-ce que c’est ?
Pour moi, au final ce n’est qu’un mot, témoignant de l’intensité d’une chose (j’ai vérifié le larousse me dit que j’ai bon). C’est une donnée quantitative, indicative. On est loin de l’image péjorative issue de l’imaginaire collectif du mec bourré qui vient vous insulter, avec son haleine de phoque puant la bière, et/ou vous tabasser à coup de poing.

Personnellement, au regard de mon parcours, je trouve que ce qu’il y a de plus violent ne correspond pas à une agression physique, ou quoi que ce soit du genre. Le regard méprisant silencieux est plus violent que n’importe quel coup de poing. Le langage sophistiqué plein de sous-entendu et de maniérisme avec plein de double discours est plus violent que n’importe quelle insulte ou vulgarité. Et enfin, ce qu’il y a de plus violent pour moi, c’est la vie, quand elle s’écroule, quand tout ce à quoi vous teniez (ou à qui vous teniez) disparait, laissant un champ de ruine comme seul spectacle. Ca, c’est violent.

tumblr_nzteye5CCr1rg5e4mo1_500
« L’enfer c’est se lever tous les putains de jour et pas savoir pourquoi t’es là. » – Marv, Sin City

J’en parlais dans l’interview avec Loli Artesia, Quantin Tarantino est encore aujourd’hui critiqué pour la violence de ses films, la brutalité, la vulgarité, le sang, et j’en passe. Il ne prend plus la peine de répondre à ce genre de question. Manifestement, certains sont choqués par ses oeuvres, et se demandent « pourquoi ? quel est l’intérêt ? ».

Et c’est peut-être là qu’à mon sens, la notion de violence, et tout le débat qu’il y a autour, est intéressant. La vie elle-même n’est pas violente ? Au-delà de toute la dureté de la vie, les épreuves, et j’en pense, tout être vivant, quel qu’il soit, vit pour sa gueule. Il vit pour exister, et continuer à exister, il se nourrit d’autres formes de vies. Tel les animaux carnivores chassent et mangent les herbivores, les plantes se nourrissent d’autres formes de vies. Les astres, les planètes, les galaxies, sont des entités carnivores cannibales qui se dévorent entre-elles. Ce n’est ni bien, ni mal, c’est juste comme ça c’est tout. Chacun a son intérêt, il n’est pas question d’altruisme ou d’égoisme. D’ailleurs comme disait Nikola Tesla, tout n’est qu’énergie.

La violence est une facette de la vie. Peut-être que certains aimeraient l’ignorer ou l’oublier mais elle est là, et elle sera toujours là. Comme dans tout, la clé se trouve dans notre subjectivité et notre vision du monde, la façon dont nous le percevons. Certains apprécient la vérité et la réalité, d’autres pas…

Celui qui lutte contre les monstres doit veiller à ne pas le devenir lui-même. Or, quand ton regard pénètre longtemps au fond d’un abîme, l’abîme, lui aussi, pénètre en toi.
Friedrich Nietzsche – Par delà bien et mal.

Battle Computer Wallpapers Desktop Backgrounds 1280x960 ID175578
L’éternelle manichéenne lutte du bien et du mal. Savais-tu que Lucifer, dans la bible, est en réalité un ange ?

*****


Une musique particulière chère à mon coeur, un des thèmes spécifiques que j’ai choisi pour un personnage de mon livre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s