Je t’aime

200406-the-notebook
Confessions intimes : j’ai pleuré en regardant ce film à l’eau de rose. Et si je le revois encore, cela se reproduira très certainement.

J’avoue tout, je suis un gros niais quand il s’agit d’amour, de sentiments, et tuti quanti, et pourtant paradoxalement les oeuvres clichés sur le sujet ça me broute pas mal en fait. Pour pas dire que ça me casse les couilles et je trouve ça nul à chier.

Les histoires d’amours, de nos jours, sont soient trop exagérés, tirées en longueur sans réelles profondeurs intéressantes que « je couche avec jacques ou je laisse bernadette me brouter le minou ? oh mon dieu mes ovaires ne savent plus où donner de la tête » (oui parce que ne nous mentons pas, c’est un truc de gonzesses hein, les statistiques ne mentent pas). Soit ce sont des trucs simplement mauvais et mal écrit, que ce soit la prose, ou le scénario.
Il existe cependant de bons contres-exemples, comme le superbe film « Her » que je vous conseille, qui réussit un tour de force à réinventer la définition de l’amour dans un univers aux portes de la la science-fiction.

Alors, pourquoi je vous parle de ça ? Pour deux raisons.
La première, c’est que l’amour aujourd’hui, simplement, se perd. Est-ce parce que l’on érige ça en fantasme de propagande où on harcèle les jeunes (hommes ou femmes) avec les sempiternels « alors, tu as quelqu’un dans ta vie ? tu te maries quand ? les enfants c’est pour quand ? » qu’ils soient directement formulés par des proches, ou matraqués à coup de publicité et de pression sociale invisible. Ou que l’on vit aujourd’hui dans une époque où le matérialisme, et l’argent, devient la nouvelle religion (« et sinon tu fais quoi dans la vie ? » – « ah bah je peins moi, je suis très fan de Magritte » – « non mais je veux dire, ton boulot » – « oh … »). Ou alors c’est parce que justement comme dit plus haut l’amour est devenu presque un running gag artistique ringardisé.

Je ne sais pas … mais aujourd’hui, je le dis et l’affirme, le monde manque cruellement d’amour. Que ce soit envers soi-même, ou envers son prochain. Tant de gens d’ailleurs disent « je t’aime », sans réellement penser et ressentir la portée de cette expression du langage devenu honteusement banale. Pour beaucoup, ils ne savent pas de quoi ils parlent, ils ne savent pas ce qu’ils font … Ils ne s’aiment pas. C’est un mensonge, que ce soit entre-eux, ou envers eux-mêmes ! Qu’on se le disent !

VadersRemorse
L’amour. Moteur de vie de l’être humain. Unique et suprême inspiration artistique universelle.

La deuxième raison est pour vous parler de quelqu’un, et d’une oeuvre que cette personne a créer. Il s’agit de Loli Artesia, qui s’avère être également la personne qui corrige mon roman, et que je ne saurais jamais assez remercier pour la qualité de son travail, et de notre collaboration entre passionnés d’art, et par les histoires que l’art permet de créer.

Je me permets d’ailleurs de statuer cela d’emblée. Non, cette personne ne m’a pas demandé d’écrire cet article, elle ne se le serait jamais permise de par sa grande politesse et éthique. Et non, je ne fais pas ça pour lui faire de la publicité (mais si ça l’aide, tant mieux ! elle le mérite).
J’écris cet article de mon propre chef, car j’avais simplement envie d’ouvrir ma gueule sur le thème de l’amour, que dis-je, l’Amour, et je me suis dis que son livre, qui mérite qu’on en parle, était une belle opportunité pour faire une pierre, deux coups.

15390906_10207462737262048_5242022377813036350_n
Une couverture que je trouve parfaite au vue du contenu du livre et de l’histoire qu’il propose.

Pour ce livre, je vais commencer par faire une courte aparté sur l’auteur.

Auteur engagé, elle milite activement pour l’auto-édition, et honnêtement, je la soutiens. C’est quelqu’un qui aime l’écriture, et respecte l’art. Le monde de l’écriture, des livres, derrières toutes ses paillettes de succès à la Stephen King, J.K. Rowling, et d’autres, est un monde sombre, peuplé de requins. Parfois de rivalités et de courses à l’égo également. L’édition, c’est quelque chose de très moche parfois, mais ça, on ne s’en rend pas forcément compte.
C’est aussi quelqu’un qui aide ce petit microcosme artistique en fournissant ses services pour aider des auteurs (comme moi) à corriger leur oeuvre, quand elle ne se lance pas dans des projets d’associations visant à aider les auteurs indépendants. Bref. Quelqu’un de bien, et dont sa petite réussite en tant que personne qui vit de sa passion augmente son capital « quelqu’un de cool ».

Concernant maintenant le livre en lui-même, honnêtement, je suis embêté car je ne sais pas comment en parler, je ne me vois pas sortir des extraits, des citations, des phrases sorties d’un contexte qui forme un « tout ».
Ce livre vous emmènera dans les méandres du coeur de l’être humain. Il vous contera un récit introspectif, parfois frôlant le journal intime chargé en émotion, flirtant presque avec un relatif mysticisme sur l’insondabilité du mystère du sentiment amoureux, mais pas que. Qu’est-ce qui fait un parcours de vie ? Qu’est-ce qui définit la « réussite » dans l’existence ? Quels sont les certitudes permettant de statuer sur le bien fondé d’une décision dans son fort intérieur ? Qu’elle soit sur le choix d’un partenaire amoureux, ou dans un chemin de vie quelconque, comme la famille, le travail, avoir ou non des enfants.
Ce livre aborde le doute qui assaille tout individu, et il prend sa source dans une narration autour de deux êtres attirés l’un par l’autre, chacun pour des raisons bien distinctes.

« Trop Peu … » offre une piste de réflexion, quand il ne s’agit pas d’un exemple fictif, sur les chemins torturés de l’esprit que peut prendre parfois un individu lors de la découverte d’un croisement dans son destin.

naturehumaine
Qu’est-ce qui fait de nous un être humain, sinon notre liberté de choisir, et de ressentir ?

« Trop Peu … » est un livre que j’ai lu en, si je ne me trompe pas, 3 voyages en train, car j’avoue que je suis un relatif paradoxe vivant, lire ne m’est pas évident malgré ma grande capacité à écrire, et aimer écrire. Ce livre, je l’ai aimé, il m’a fait ressentir des choses, il m’a fait réfléchir dans mon parcours personnel, dans ma réflexion sur l’être humain en général. Et tout cela, grâce au talent d’une jeune écrivaine.

Je suis peut-être chiche en mots, peut-être suis-je trop banal, après tout je ne prétends pas pouvoir écrire des chroniques littéraires, et bien que j’ai pu écrire des chroniques sur des albums de metal par le passé, il n’est pas évident de raconter ce qu’une oeuvre peut nous apporter, et souvent les critiques se ressemblent vite, quand elles ne sont pas simplement inintéressantes, voir totalement stupides.
Je vous encourage à lire ce livre, à vous faire votre propre opinion, mais moi, j’ai la mienne, et c’est que ce livre est un bon livre qui réussit là où tant d’histoires traitant du même sujet (une histoire amoureuse) sont chiants à mourir. Et rien que pour ça, pour moi, cela mérite d’être lu, quand il ne s’agit pas simplement de la prose de son auteur que je jalouse amèrement.

artoff1716
Contrairement à ce film, « Trop Peu … » parle d’amour, et il en parle merveilleusement bien.

*****

Pour continuer, et conclure, Loli, je te dédicace cette musique qui m’évoque personnellement tout ce que ton livre raconte. Bon baisers de Belgique.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Je t’aime »

  1. A reblogué ceci sur Le petit monde de Loliet a ajouté:
    Merci à Yaverot Smith pour cette très belle chronique de Trop Peu, et cette réflexion plus large et très intéressante sur le sujet.
    Comme quoi il y a toujours manière de le dire avec originalité.

    Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est un blog que je recommande, beaucoup d’humour et un grand décalage dans la manière d’aborder les choses.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s