Le garçon qui était tombé amoureux de la nuit

luc1
Un spectacle unique, en beauté et en circonstance.

Le soleil est revenu, le printemps remplace le froid et la pâleur de l’hiver, et avec lui, s’envole mon confort, ma sécurité, mon appréciation de la météo. Disparait également mon admiration pour la neige qui n’est jamais venue, et à l’horizon, s’en va tranquillement la nuit précoce qui sonnait tous les jours à environ 17h.

Qu’on se le dise, je n’aime pas le soleil, je n’aime pas la lumière, et encore moins la chaleur. Mes rideaux sont fermés constamment, et ne sont pas assez opaques à mon goût. Je n’allume jamais la lumière dans mon petit 30m², et c’est très bien ainsi. Même quand je prends ma douche, que je ferme la porte de ma salle de bain, et j’aperçois un petit rayon blanchatre sur les cotés de la porte ou en dessous de celle-ci, cela me brûle les yeux.

Si je suis hyperacousique et que je dors toujours avec des bouchons d’oreilles car le bruit m’est difficilement supportable, il en va de même pour ma tolérance à la lumière. Elle est basse, très basse. Sans parler de la chaleur, si ça dépasse 15° je commence déjà à transpirer. Si ça dépasse 20° je suis bon pour rester à rien foutre, assis chez moi, transpirant, et presque suffoquant. C’est comme ça.

J’ai récemment découvert que j’avais probablement une synesthésie du toucher, ce qui signifie que je ressens tout et n’importe quoi comme un contact physique, une pression, une sensation sur mon corps, et dans mon corps. Quand j’ouvre les yeux lorsque je me réveille, et que je vois toute cette lumière, je sens mes yeux être tout simplement agressé, comme si l’on y versait un charbon en combustion, comme si l’on y versait de la lave en fusion. Tout simplement, ils brûlent. Ce n’est pas insupportable, je veux dire, je ne suis pas à me tordre de douleur comme quand j’entendais des bruits de travaux constamment, mais cela reste atrocement douloureux …

Bref, tout ça pour dire, je DETESTE l’été, je déteste la chaleur, je déteste la lumière.

burning_vampire_aaronsimmscompany
Ca ressemble un peu à ça ouai …

Sauf qu’il y a un consensus, le soleil c’est cool, ça fait du bien, c’est plein de vitamine y parait en plus. La plage c’est super, tout le monde aime ça. Le froid ça pue c’est nul, et la neige c’est chiant. Sauf que bon, pour moi, c’est l’inverse, et si j’en parle, bah les gens pigent pas, ou sont un peu en mode « wtf dude ». Et plus j’exprime mon point de vue sur les choses, mes gouts, plus j’ai la sensation que le fossé se creuse, je deviens le paria … Le mec bizarre … La personne qui a des gouts étranges

Alors si en plus j’explique que j’aime le metal (le vrai, celui qui crie, pas la merde d’Avenged Sevenfold ou n’importe quel truc de folk comme Korpiklaani), que j’ai une grosse barbe, que j’aime le cul et j’suis romantique, que j’adore les trucs geek, que j’suis tantinet conspirationniste, et qu’enfin je suis autiste, vous pensez bien, je collectionne … Manquerait plus que je sois musulman, vegan et membre du FN et c’est le grand schelem quoi, là j’ai droit à un billet aller simple vers « vas dans ton coin tout seul ». Tout ceci est bien sur sponsorisé par la xénophobie et la discrimination positive.
C’est inconscient tout ça bien sur (j’espère ?) mais bon, c’est ainsi que je le vis.

Sitôt que vous entrez en opposition avec un « consensus », quelque chose d’établi, une règle, ou une opinion générale relativement encensée, vous êtes simplement foutu. La norme est la même pour tous, et il faut la respecter. Il y a un courant dominant, et ce n’est pas pour rien. Et la discrimination positive est quelque chose que je trouve particulièrement sournois. Par exemple n’importe qui peut dire « je suis fier d’être arabe » ou encore « je suis fier d’être noir » ou « je suis fier d’être japonais ». Mais ça donne quoi si on dit « je suis fier d’être blanc et allemand » ? Le fun commence à ce moment là. Bref vous m’avez compris.

The-British-Army-26th-Divisional-Ammunition-Train-get-involved-in-a-football-match-on-Christmas-Day-in-Greece-in-1915
Durant la première guerre mondiale, des soldats de nations en guerre font un match de football durant la désormais célèbre « trêve de noël ».

La compréhension et le respect est quelque chose qui doit aller dans tous les sens … pas juste dans ce qui nous arrange. Faut parfois mordre sur sa chique et dire « ok, je déteste ce truc, mais faut que cette personne ait le droit d’aimer cela, et elle a le droit au respect et la reconnaissance ». Comme le dit la phrase qui a été à tord attribuée à voltaire « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire ».

Il y a quelques jours je parlais avec un fan de Harry Potter, je n’aime pas cette licence, pour moi c’est aussi surfait et mauvais que Games Of Thrones.
Nous discutions sur l’importance qu’ont pu avoir des oeuvres artistiques dans notre vie, et lui, c’était Harry Potter. D’instinct, pour ne pas le blesser et lui témoigner mon respect, j’ai précisé que même si ce n’était pas mon truc, je respectais ses gouts, et l’importance qu’à pu avoir tout cela dans sa vie … ce n’est pas à faire l’inquisition du bon goût, et dire ça c’est bien, et ça c’est nul.

Y a plein de choses que je n’aime pas, je suis même d’avantage un gars qui aime pas quelque chose, qu’un gars qui aime quelque chose, enfin c’est comme ça qu’on m’a déjà rapporté la vision que je donne. Sauf qu’en fait j’aime plein de truc, et entre autre. J’aime l’obscurité, j’aime la nuit. Ma sensibilité, ma personnalité, est telle que c’est ce qui me plait, qui me touche, qui me fait me sentir bien.

La nuit m’a charmé, de son beau manteau noir, quand il n’est pas bleu. Je l’ai observé la première fois quand je devais avoir pas plus de 12 ans, et j’ai été immédiatement séduit. De ses longs cheveux de brumes, elle a dansé dans le ciel d’ébène, laissant derrière elle des trainées de brouillard d’une rare majesté mystérieuse. Ses yeux, au couleur pâles, m’ont envoutés, telle des pleines lunes dont seul les loups ont réussi à saisir sa splendeur. Ils chantent ses louanges tous les soirs, sous la splendeur des étoiles.

Depuis, chaque matin, je pleure quand le soleil la chasse loin de moi, je sens ses doigts froid quitter le creux de ma main, et tandis que je la regarder une dernière fois de mes yeux écarquillés d’horreur quand ma bien aimée est enlevée, je maudis le soleil qui chaque jour me l’enlève, faisant saigner mon coeur une fois de plus.

Dangerous man hiding under the hood in the dark night forest
Merci de respecter la différence des autres, même si cela vous est inconnu.

*****
Probablement mon groupe préféré, et probablement ma chanson préférée.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le garçon qui était tombé amoureux de la nuit »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s