Quand l’imaginaire transcende la matière

chk_jschl
Le désormais célèbre manga « Dragon Ball »

Depuis tout petit je me passionne pour ce que j’appelle les « mondes imaginaires », que je résumerais aujourd’hui par « la culture geek ». Pour resituer rapidement en ce qui me concerne, j’ai usé la bande cassette de « La Belle Et Le Clochard » de Disney dès l’age de 2 ou 3 ans, j’ai eu la première Nintendo NES à 4 ans, et je passais mes journées devant les dessins animés (dieu bénisse le Club Dorothée). Aujourd’hui, j’ai juste évolué mais au fond rien n’a vraiment changé, et je pense pouvoir dire que cette découverte que j’ai faite TRES TÔT est peut-être la meilleure chose qui me soit arrivée dans la vie.

Que ce soient les jeux ou les oeuvres artistiques diverses, la richesse de ces créations est sans pareille. Tel un artisan travaillant son objet, les personnes ayant donné vie à tout ce que j’ai vu étant petit étaient soit des inventeurs, des visionnaires, ou des génies. Ils ont mis en forme leur univers, l’ont façonné, l’ont transformé à partir de leur simple imagination.

Des fins fonds de l’espace, des châteaux forts et des chevaliers, des magiciens et des dragons, des univers dystopiques post nucléaire, des mondes futuristes cyberpunk, des mondes colorés mignons et enchanteurs, des choses complètements loufoques, des superhéros aux pouvoirs quasi divins, aucune limite ne semble possible … fussent-ils sous la forme d’un conte épique en livre ou bande dessinée, d’un jeu vidéo d’aventure ou d’action, un jeu de cartes, un jeu de plateau (quand ils ne sont pas des jeux de rôle papier ou avec figurines), de films au budget de 150 millions de dollars, d’une série télé financée par HBO, ou d’un animé japonais, les moyens d’être touché par ces univers sont nombreux. Et cela ne cesse d’évoluer avec la technologie d’aujourd’hui ou encore le nombre d’amateurs grandissant qui trouvent toujours de nouvelles idées riches
d’ingéniosité. J’en fais moi-même partie avec mon livre, je veux raconter MON histoire dans MON univers qui ME correspond.

Que ce soit pour passer un bon moment seul ou en bonne compagnie, que ce soit parce que le quotidien est parfois difficile, ou simplement parce qu’une oeuvre nous touche au plus profond de nous … Je n’ai jamais rencontré plus complet et plus prenant que ce que l’on peut trouver dans cet incroyable vivier de passionnés. Dans le cas des jeux par exemple, ils combinent l’art visuel, l’art littéraire, l’art musical, et quelque chose de totalement nouveau, l’art de l’interaction entre le joueur et le jeu (aussi appelé Gameplay).

La beauté de ces mondes ne réside pas dans leur existence en elle-même, mais aussi dans ce qu’ils apportent. Evasion, contemplation, beauté, magie, inspiration, sensation de découvrir une partie de soi, plaisir, amusement, voyage, réflexion, rire et larmes, partage, rencontre, introspection et prise de conscience, se sentir compris …

Peu importe le point de vue que l’on prend sur la chose, on n’y découvre que du positif.

 

201507200883-full
Un des nombreux tournois du jeu de cartes « Magic : The Gathering », pouvant rassembler jusqu’à plus de 5000 personnes.

J’entends déjà les mauvaises langues parler d’addiction, ou de fuite de la réalité … et bien que je comprenne, et veuille bien concéder qu’il y a de sacrés cas qui existent comme des personnes qui se sont visiblement perdues ou sont en totale déconnexion avec la réalité, j’y mets un gros bémol. C’est le cas pour n’importe quoi qui existe. Donc oui, c’est possible, mais non, ce n’est pas une fatalité en soi, donc je réfuterais cette « théorie » pratiquement systématiquement en bloc.

Nous ne parlons pas de drogues, ou d’alcool, ou de tabac, ou n’importe quelle autre substance avec un grand potentiel de destruction de vie, non, nous parlons de quelque chose de bien différent. J’en parlerais d’ailleurs (les addictions) dans un autre article sinon je n’en suis pas sorti.

Je ne cesserais jamais d’encourager ceux qui ne l’ont pas encore fait, de plonger un peu dans ces mondes imaginaires, de voir ce qui s’y passe, ce qui s’y fait, car cela ne se trouve nulle part ailleurs, et la variété de choses à découvrir est telle qu’il est difficile de ne pas trouver chaussure à son pied. De Star Wars au Seigneur Des Anneaux, des Chevaliers Du Zodiaque à Avengers, de Harry Potter à Pokémon, de World Of Warcraft à Minecraft, de Tintin à The Walking Dead, de Super Mario à Blade Runner … le choix est on ne peut plus vaste.

La consommation et l’économie capitaliste actuelle ont tendance à un peu pervertir tout cela, il s’agit de produire, vendre, et non plus de concevoir et faire preuve de créativité, mais fort heureusement c’est loin d’être perdu, il y aura toujours une étincelle d’originalité à trouver çà et là, loin de toute démarche cupide.

Je continuerais personnellement à regarder Dragon Ball avec un regard émerveillé comme quand j’avais 4 ans, j’irais voir les prochains films Tortues Ninja avec plaisir, je me souviendrais des heures de recherche pour faire une liste d’armée parfaite pour mes Hommes-Lézards à Warhammer, j’écouterais la bande son de certains jeux vidéo avec beaucoup d’émotion encore longtemps, je serais toujours partant pour mater Sin City, et même à 85 ans (si je suis encore en vie et que ma santé me le permet), je serais toujours prêt à faire une partie de Magic.

L’art offre à l’homme un avant-goût de l’éternité, comme celui que peut offrir l’amour. Et jamais l’art ne m’a semblé si magnifique qu’à travers l’entrebâillement d’un esprit doué d’imagination.

 

***

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s